SYNCASS

Aller aux articles
Date: 11-10-2012 - URL: http://www.africaefuture.org/html/1515.html

Articles

RD CONGO:MOTO TAXI

Goma : les taximen-motos manifestent contre l’interdiction de circuler le soir

Des taximen-motos ont manifesté, mercredi 10 octobre, leur désapprobation de la décision du maire de Goma, interdisant les taxi-motos de circuler dans la ville au-delà de 18 heures 30 locales. Ils ont organisé une caravane à travers les grandes artères de la ville. Le maire de cette ville du Nord-Kivu, Naason Kubuya, a rendu cette mesure publique le mardi 9 octobre dans la soirée.
11-10-2012
Des taximen-motos ont manifesté, mercredi 10 octobre, leur désapprobation de la décision du maire de Goma, interdisant les taxi-motos de circuler dans la ville au-delà de 18 heures 30 locales. Ils ont organisé une caravane à travers les grandes artères de la ville. Le maire de cette ville du Nord-Kivu, Naason Kubuya, a rendu cette mesure publique le mardi 9 octobre dans la soirée. Ce couvre-feu a pour but de lutter contre l’insécurité grandissante caractérisée notamment par des attaques par grenade à répétition facilitées par les taxi-motos. 

Les taximen-motos de Goma ont sillonné les grandes artères de la ville en klaxonnant en signe de protestation contre le couvre-feu qui leur a été imposé par le maire de la ville, Naason Kubuya. La caravane a fini sa course devant la mairie de Goma. 

Le maire a annoncé mardi soir la décision prise de commun accord avec le conseil provincial de sécurité de la ville de Goma pour interdire aux taxi-motos de circuler au-delà de 18 heures 30. 

Depuis quelques jours, la ville de Goma vit une recrudescence de l’insécurité, caractérisée par des jets de grenades. Ces actes de violence sont commis par des gens circulant en taxi-motos. 

« Nous devons prévenir des cas d’assassinat et de meurtres que nous sommes en train de vivre. Dans la plupart des cas d’insécurité, il y a une facilitation manifeste des motards. La facilitation des jets de grenades et du transport des assassins dans les quartiers où les véhicules ne circulent pas », explique le maire de la ville. 

Naason Kubuya reconnaît que les taxi-motos ne sont pas les seuls facteurs qui contribuent à la croissance de l’insécurité, mais il a affirmé que c’est l’un des plus visibles. 

La huitième région militaire des Forces armées de la RDC (FARDC) et le commandement provincial de la police sont chargés de faire respecter cette nouvelle décision.