africaefuture

Go to Menu
go to articles
go to information box

Navigation Menu

Articles

RDC:accueil digne du président de la CNB Freddy Matungula par la population de la ville de Kinshasa

Retour de Freddy MATUNGULU candidat aux élections présidentielles 2016 en RDC, à Kinshasa.


De nombreux militants de la nouvelle formation politique CNB étaient rassemblés à la sortie de l’aéroport pour ovationner cette personnalité politique qui draine la réputation d’être intègre et austère dans son travail. Le cortège du président de CNB, composé des bus et d’autres véhicules avec des banderoles aux écrits lui souhaitant un bon retour au pays, s’est ensuite ébranlé de l’aéroport jusqu’au siège du parti situé sur la troisième rue dans la commune de Limete. C’est par milliers que des militants, sympathisants et autres invités, parmi lesquels des chefs coutumiers et l’opposant politique Chalupa, ont accueilli ce désormais leader politique.
12-10-2015

Le leader du parti politique Congo Na Biso (CNB), Freddy Matungulu, est rentré à Kinshasa, le 3 octobre, en provenance de Washington aux États-Unis. L’avion d’Ethiopian Airlines qui l’a ramené au pays après plusieurs années passées au pays de l’oncle Sam où il a travaillé au Fond monétaire international (FMI), a atterri aux environs de onze heures cinquante minutes à l’aéroport international de Ndjili.

De nombreux militants de la nouvelle formation politique CNB étaient rassemblés à la sortie de l’aéroport pour ovationner cette personnalité politique qui draine la réputation d’être intègre et austère dans son travail. Le cortège du président de CNB, composé des bus et d’autres véhicules avec des banderoles aux écrits lui souhaitant un bon retour au pays, s’est ensuite ébranlé de l’aéroport jusqu’au siège du parti situé sur la troisième rue dans la commune de Limete. C’est par milliers que des militants, sympathisants et autres invités, parmi lesquels des chefs coutumiers et l’opposant politique Chalupa, ont accueilli ce désormais leader politique.

«Nous avons aujourd’hui l’ambition de pouvoir faire de notre mieux pour demander la confiance de notre population pour qu’elle puisse nous donner l’opportunité de la servir au plus haut niveau», a affirmé Freddy Matungulu. Il dit également avoir pris une retraite anticipée au Fonds monétaire international (FMI) pour s’occuper essentiellement des activités de son parti politique dénommé «Congo na Biso» (Notre Congo, en Lingala). «Je ne reviens pas au Congo comme politicien mais plutôt comme citoyen congolais intéressé au développement politique de son pays et soucieux de pouvoir contribuer comme tout le monde à l’amélioration des perspectives politiques de notre pays, à l’apaisement de la scène politique nationale», a-t-il poursuivi.

Et Freddy Matungulu s’est, pendant plus d’une quinzaine de minutes, adressé aux militants, les remerciant de l’accueil chaleureux qui lui ont réservé. D’abord en lingala et ensuite en français, il a abordé de manière sobre et concise les grandes questions du pays et les raisons de son retour : « Notre pays a besoin d’un nouveau départ. Il y a une année, j’ai quitté mon emploi au FMI, parce que j’ai entendu les réclamations des compatriotes. Nous sommes revenus au pays, parce que nous en avons fini avec l’étranger.

De toute façon, on ne lance pas un projet d’envergure de Congo Na Biso pour le gérer à partir de l’étranger. C’est toujours avec la même émotion, chaque fois que j’atterris ici et que je revis tous ces sentiments qui me replacent dans mon enfance que j’ai passée avec vous, et qui me rappellent mon obligation de fidélité à la Nation congolaise». Il a eu un mot pour le Kivu : « Cette province qui souffre un martyr tout à fait inexplicable et nous avons l’obligation le plus rapidement possible de trouver des solutions pérennes à cette situation d’instabilité et d’insécurité chronique dans le Kivu ». Freddy Matungulu a aussi évoqué la question de l’organisation des élections en 2016 : « Nous devrions en tant que pays avoir un chemin balisé, nous emmenant à ces élections l’année prochaine, un gouvernement travaillant sur un programme politique nous emmenant à ces élections, alors que toutes les forces vives de la Nation, toutes les institutions du pays seraient également en train de travailler sur le programme de développement économique, c’est important si nous voulons trouver des solutions pérennes à la question de la grande pauvreté qui sévit dans notre pays ». Mais au lieu de cela, a regretté celui qui était ministre des Finances de la RDC de 2002 à 2003, le pays est « dans une confusion entretenue pour des desseins inavoués ».


Send an article to a friend
We don't store any email addresses, they are used only to send your email

Information box

Join a Union

http://www.africaefuture.org/pagweb/100.html

ITUC-CSI

http://www.ituc-csi.org/spip.php?rubrique1〈=en

Translator

Global Unions

http://www.global-unions.org/default.asp?Language=EN

Wageindicator

http://www.wageindicator.org

LabourStart

http://www.labourstart.org/
http://www.uni-projects.net/
RSS 2008 Africa e-Future | Sponsored by- Sponsorisé par UNI Syndicat GlobalUNI Global UNION  Comfia Comisiones Obreras Comfia CCOO