FNC

Go to Menu
go to articles
go to information box

Navigation Menu

UNTC

ip address

Articles

RDC:education

PROLIFERATION DES SYNDICATS DANS LE SECTEUR DE L’EDUCATION EN RDC.

Quelles sont les causes réelles de cette prolifération ? Cas de la tenue de la Commission paritaire Gouvernement de la RDC et Syndicats de l’Enseignement Primaire, Secondaire et Professionnel (EPSP) qui a créé des "syndicules" et des "intersyndicalistes"


16-04-2013

Quelles sont les causes réelles de cette prolifération ? Cas de la tenue de la Commission paritaire Gouvernement de la RDC et Syndicats de l’Enseignement Primaire, Secondaire et Professionnel (EPSP) qui a créé des "syndicules" et des "intersyndicalistes"

En effet, la commission paritaire s’est réunie à Kinshasa, au CEPAS, du 9 au 12 janvier 2013 pour débattre des points contenus dans le cahier de revendication déposé au Gouvernement vers fin octobre 2012.

Voici quelle a été la qualité des participants :
- les participants ont été désignés par l’Arrêté du Ministre de l’EPSP numéro MINEPSP/CABMIN/0001/2013 du 9 janvier 2013, portant création de la Commission paritaire Gouvernement-Syndicats de l’EPSP.
- Dans cet Arrêté, il y a non seulement la dénomination des Syndicats, mais également les noms des personnes pouvant représenter ces Syndicats. C’est là que certains délégués ont été désignés sans l’assentiment de leurs organisations respectives.
- Parmi ces Syndicats, on a dénombré quatre (4) personnes qui ne se sont pas identifiées à leur Syndicat ; elles se sont fait passer pour des membres du Bureau. Quel bureau ?
- Quatre (4) autres personnes venues des provinces (Bas-Congo, Katanga, Équateur et Kasaï occidental) se sont identifiées à leurs provinces respectives et non à leurs Syndicats
- Dans la liste des Syndicats, il n’y avait pas seulement des Syndicats dits interprofessionnels, il y avait un peu de tout et surtout des Syndicats non encore enregistrés comme la FONECO.

Un enseignant congolais gagne environ soixante-dix (70) dollars américains par mois, à Kinshasa. Au cours de ces quatre jours, les quatre-vingt-dix-neuf (99) participants figurant dans la liste de l’Arrêté du Ministre ont gagné chacun mille (1000) dollars américains. Quelle fête ?

Les journaux parus à Kinshasa ont beaucoup commenté sur cette situation qui n’a servi que de mise en scène pour accomplir la volonté du Gouvernement.

Selon que l’on est proche du Gouvernement ou pas, on pouvait se faire représenter par même cinq (5) personnes pour gagner le plus d’argent possible pour soi et le moins d’avantage possible pour la communauté enseignante. Qu’est-ce qui fait multiplier les Syndicats dans le secteur de l’éducation ?
- Avoir son propre Syndicat, sans organisation démocratique, permet au Président-Fondateur de gagner de l’argent sans crainte.
- Avec la modicité des salaires, les Syndicats mallette (sans adresse) sans membres cotisants se sont multipliés rodant autour du Ministère et du Secrétariat Général pour "créer" des sources de gain ; ainsi, les négociations sont trop mal préparées parce que les négociateurs syndicalistes n’ont pas la formation requise... C’est l’état de leurs poches qui importe : les jetons de présence accordés sont très élevés et des missions hors leur compétence leur sont confiées, commentent des journaux. Ces cas de violations des droits syndicaux doivent être combattus sans ambage de manière à démocratiser le dialogue social (monologue aujourd’hui) dans le secteur, le mieux pour défendre les intérêts des enseignants de la RDC

 

Augustin NTUMBA

SG/FENECO


Send an article to a friend
We don't store any email addresses, they are used only to send your email

Information box

Date et Heure

GEOVISITE


statistics

UNI Global Union

 

PUBLICATIONS

PUBLICATIONS
    ouvrages
Articles scientifiques

traduction

  1. Anglais

INVESTISSEMENT

 Code des Investissements Congolais

CGSLB

  CGSLB

Offres d'Emploi

Opportinuté d'emploi
RSS 2008 Africa e-Future | Sponsored by- Sponsorisé par UNI Syndicat GlobalUNI Global UNION  Comfia Comisiones Obreras Comfia CCOO