FESBACI

Aller au menu
Aller aux articles
Aller à la boîte d'information

Menu de navigation

Articles

BURKINA FASO: DEGATS A INATA

La population accuse, la société minière se défend

Une pluie torrentielle tombée le 4 juillet 2010 a provoqué la mort de bêtes et des dégâts à Inata, localité située à 70 km de Djibo, chef-lieu de la province du Soum (région du Sahel). Très rapidement, les populations ont pointé un doigt accusateur sur la société Avocet Mining qui exploite la mine d’or de la localité. Pour comprendre davantage ce qui s’est passé, nous nous sommes rendus sur les lieux et avons rencontré les responsables de la société mise en cause et certains habitants. 
20-07-2010
Les bêtes mortes au cours de la pluie torrentielle avoisinent 180 en nombre. Les dégâts matériels causés par cette forte pluie, la hauteur d’eau tombée étant de 128 mm selon les météorologues, se résument à des maisons et des cases endommagées, des hangars tombés. Mais pour ceux qui ont subi ces pertes et ces dégâts, le coupable est la société qui exploite la mine d’Inata, Avocet Mining. Ils l’accusent d’avoir dégradé l’environnement, pollué les cours d’eau avec des produits de traitement du minerai. Des accusations réfutées par les responsables de la société que nous avons rencontrés. Il s’agit notamment du vice-président Richard Gray, du responsable Aménagement et environnement, Nick Shirley et du chargé des relations avec les communautés, Idrissa Moulaye.

Ainsi, le vice-président a fait savoir que la société n’est pour rien dans les dégâts causés par la pluie du 4 juillet même si Avocet Mining a pris l’engagement de venir en aide à la population avec une enveloppe de 2 370 000 F CFA. Cette aide est à mettre tout simplement sur le compte des bonnes relations, de la cohabitation entre la société et les communautés riveraines de la mine. Toujours dans le cadre de la bonne entente et dans l’optique de faire bénéficier des retombées de l’exploitation de la mine, bon nombre de projets sont en vue, a ajouté M. Gray. C’est le cas par exemple du camp junior, de la création d’une fondation, de la réalisation d’une exploration aérienne d’un coût de 1,4 millions de dollars américains. Le responsable Aménagement et environnement, Nick Sherley, a fait savoir que la société n’est pas là pour détruire le cadre de vie de la population. La société, ajoute-t-il, veille bien au contraire à la préservation de l’environnement.

C’est ainsi qu’il a fait savoir qu’une équipe de 20 employés veillent 24h/24 pour éviter toute pollution par le biais de l’eau et de la poussière rejetées. De même, une équipe médicale veille à la santé des travailleurs de la mine et de la population. De son côté, le chargé des relations avec les communautés reconnaît qu’il y a eu une absence de dialogue qui a pu conduire à ces accusations contre la société. Mais, il assure que tout est rentré dans l’ordre depuis une semaine et il compte renforcer la communication afin que tout le monde ait la bonne information. Il est d’ailleurs allé à la rencontre de quelques habitants. Ceux-ci disent que l’incident est clos. Ils se disent satisfaits par le fait qu’ils sont informés de ce qui se passe au niveau de la société.

Moumouni TAMBOURA (Collaborateur)

Source : Les Editions Le Pays

Envoyer cet article à un ami
Nous ne conservons pas vos adresses email, elles sont uniquement utilisées pour envoyer nos messages

Boîte d'information

Date et Heure

 

eBooksyndic


Solicomm.net

3D-internship

 
Qu'est-ce que 3D-internship

UNI Global Union


LabourStart


OIT

LO-TCO



Liens utiles

Météo


m

Traducteur

Vos Pharmacies

Visiteurs

RSS 2008 Africa e-Future | Sponsored by- Sponsorisé par UNI Syndicat GlobalUNI Global UNION  Comfia Comisiones Obreras Comfia CCOO